Une reine du carnaval à cellulite défie la mode des corps parfaits
La chanteuse Preta Gil, fille du musicien et ministre de la culture brésilien Gilberto Gil, a reçu une ovation mardi soir pour avoir osé montrer sa cellulite, en défi à la domination des corps parfaits des autres reines du Carnaval de Rio de Janeiro.
"J'ai fait ça pour défendre la Brésilienne commune, fille de Noirs et de Blancs qui, comme tant d'autres, va au Sambodrome avec sa cellulite et ses vergetures", a expliqué après le défilé la chanteuse Preta.
Cette opulente mulâtre de 32 ans avait été choisie comme reine de batterie (groupe de percussionnistes) de l'école de samba Mangueira. Ce privilège est habituellement réservé à des "belles" à poitrines plantureuses et à corps sans défauts, pour la plupart passées sous le bistouri d'habiles chirurgiens esthétiques.
"Jamais je n'ai eu la prétention de participer à une +batterie+", a souligné avec modestie Preta, avant d'ajouter: "même si l'an prochain on ne me choisit pas comme reine, je continuerai certainement d'être une femme digne et forte".
Preta a dansé la samba avec enthousiasme devant les plus de 70.000 spectateurs à places payantes du Sambodrome. Elle était vêtue d'un habit coloré, formé de 30.000 minuscules morceaux de cristal et d'énormes plumes vertes et rosées, les couleurs de l'école Mangueira.
Les commentateurs ont noté qu'elle avait su communiquer son énergie et sa sympathie au public, même si certains puristes ont émis des réserves sur son style. Son père Gilberto avait fait le déplacement spécialement depuis Salvador de Bahia, où il assiste chaque année au défilé de carnaval. "Je voulais être ici le jour du grand match", a-t-il souligné, avec émotion.
Retour à l'accueil