Les perturbations du trafic aérien se poursuivaient mercredi dans les aéroports brésiliens, notamment à l'aéroport Congonhas de Sao Paulo, pratiquement paralysé, un peu plus d'une semaine après l'accident d'un Airbus A320 de la compagnie TAM qui a fait quelque 200 morts.
L'aéroport de Congonhas, après des pluies persistantes durant la nuit et une partie de la matinée, était le plus touché : près de 70% des vols étaient annulés, selon l'entreprise publique Infraero qui gère les aéroports. Toute perturbation à Congonhas, noeud du trafic aérien brésilien, se répercute dans tout le pays. Selon Infraero, vers 13H30 GMT (15h30 à Bruxelles), 26,67% des vols, soit 168 sur 630, avaient subi des retards de plus d'une heure, tandis que 12,9%, soit 121 vols, avaient été annulés. La piste principale de Congonhas est fermée depuis l'accident de l'Airbus avec 187 personnes à bord le 17 juillet. 
La piste auxiliaire, plus courte (1.435 mètres), ouvre par intermittence en raison du mauvais temps. Selon TAM, les aéroports de Florianopolis (sud), Ribeirao Preto (sud-est) et Ilheus (nord-est) ont dû être temporairement fermés durant la matinée en raison du mauvais temps. L'Agence nationale de l'aviation civile (Anac) a interdit dès mercredi la vente de nouveaux billets au départ de Congonhas, afin de parvenir à écouler le flot de passagers déjà munis de billets qui s'entassent dans les terminaux. Le bilan définitif devrait s'élever à près de 200 morts mais en raison de l'état des cadavres, l'institut médico-légal de Sao Paulo n'avait identifié mercredi matin que 74 victimes de l'accident auxquelles s'ajoutent quatre blessés décédés. (belga) 

25/07/07 19h39
7sur7.be

Retour à l'accueil