Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Brésil Ceara Fortaleza

InBev, futur monstre de la bière

Le brasseur belgo-brésilien a lancé une OPA sur le fabricant de la bière américaine Budweiser.

BOURSE - Le groupe belgo-brésilien veut s'offrir le fabricant de la Budweiser. Complémentaires, les deux brasseurs pourraient devenir ensemble les leaders mondiaux de la bière.

(m24/l'écho) - Ca y est. Le suspens a pris fin dès la clôture de Wall Street. InBev part à l'assaut du géant américain Anheuser-Busch avec une offre non-sollicitée. Prix de l'OPA (offre publique d'achat): 65 dollars par action. Soit 46,3 milliards de dollars pour s'offrir le Maître de l'Orge américain. Et surtout créer le premier brasseur au monde. Dépassant de loin SABMiller en terme de volumes.

Les chiffres font tourner la tête: 460 millions d'hectolitres, des synergies de 1,4 milliard de dollars d’ici 2011 et des ventes de 36,4 milliards. InBev va financer l'essentiel de l'opération par de l'endettement à hauteur de 40 milliards de dollars mais également par quelques cessions d'actifs non-stratégiques. Les parcs à thèmes et l'immobilier d'Anheuser-Busch en tête?

 

Anheuser-Busch évalue l'opération

Selon la version officielle, le conseil d'Anheuser-Busch évalue l'opération. Les actionnaires se sont déjà prononcés en faveur de ce mariage, même à 63 dollars l'action. Mais les familles-actionnaires du producteur de la Bud, le PDG August Busch en tête, étaient réticents au projet. Seulement, la famille Busch ne détient plus que 4% du capital du groupe, largement dispersé auprès d'investisseurs parmi lesquels le milliardaire Warren Buffett.

 

Des brasseurs complémentaires

Ce mariage entre deux géants du top cinq mondial de la bière a-t-il du sens? Un coup d'oeil sur un atlas permet immédiatement de se rendre compte de leur complémentarité.

             Le brasseur de Saint-Louis (Missouri), leader sur le sol américain avec 48,5% des parts de marché, a en effet longtemps hésité à sortir de ses frontières. L’an dernier, son marché domestique lui a encore assuré 75% de son chiffre d’affaires et 64% de son résultat net. Mais le père de la Bud a quand même fini par franchir le pas et est aujourd’hui actif au Mexique, en Chine et en Inde. Le groupe américain détient en effet 50% du brasseur mexicain Modelo et 27% du chinois Tsingtao.

             InBev, le numéro 2 mondial de la bière en volume, a par contre fait sienne une internationalisation à tout crin. Surtout depuis la fusion en 2004 entre l’ex-Interbrew et le Brésilien Ambev. Le groupe dirigé par Carlos Brito cherche en effet à se défaire de sa dépendance par rapport aux cinq pays qui lui assurent encore 85% de son Ebitda: le Brésil, l’Argentine, la Belgique, le Canada et la Corée du Sud.

Ainsi, le nouveau groupe issu d'une fusion entre InBev et Anheuser-Busch serait le leader de la bière en Chine. Mais surtout, le numéro deux et le numéro trois mondial de la bière deviendraient ensemble les leaders mondiaux de la bière.

fr.m24.be

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires