Le bateau est désormais le moyen de transport privilégié par les trafiquants pour introduire de la drogue au Brésil via l'Amazonie, car il est plus aisé d'échapper à la surveillance policière et militaire par voies fluviales, selon des responsables de l'armée et de la police.

Le commandant de la région amazonienne, le général Augusto Heleno, cité par le quotidien O Globo, a estimé que depuis la mise en place du système de surveillance aérienne par radars de l'Amazonie, le Sipam-Sivam, les trafiquants utilisaient de plus en plus les rivières et les fleuves pour introduire les stupéfiants au Brésil.Dans ce contexte, il a ajouté que la lutte contre le trafic des stupéfiants était devenue plus compliquée en raison des 22.000 kilomètres de voies navigables en Amazonie et d'une frontière à surveiller longue de 11.000 km avec les pays amazoniens, soit le triple de celle qui sépare les Etats-Unis du Mexique.


Source : AFP

Lefigaro.fr

Retour à l'accueil