Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Brésil Ceara Fortaleza

Réserves indigènes : pourquoi tant de conflits ?

Chacun connait dans les grandes lignes l’histoire de la colonisation du continent américain. Aujourd’hui, la préservation des droits des indigènes est une préoccupation forte du gouvernement brésilien, qui réattribue des terres aux indiens. Mais la démarcation de ces réserves est extrêmement conflictuelle

 

Au Brésil, et plus généralement en Amérique du sud, les indiens étaient les premiers habitants du continent. Aujourd'hui, on en dénombre 460.000, ce qui représente à peine 0,3% de la population globale. Ils sont regroupés en 225 micro sociétés, avec leurs propres langues, modes de vie et coutumes. La plupart d'entre eux vivent en Amazonie, les autres tribus étant essentiellement éparpillées entre le Mato Grosso et le Pernambuco. Dans le sud, ce sont les célèbres Guaranis qui peinent à préserver leur mode de vie rural.

En 1967, le gouvernement brésilien a créé la FUNAI (Fondation Nationale des Indiens) pour faire valoir les droits des indigènes et protéger leurs cultures. Des réserves ont été mises en place, mais elles sont source de conflits. En effet, leur taille est souvent mal adaptée aux besoins des indiens : certaines, trop grandes, mécontentent les paysans producteurs et d’autres, trop petites, ne permettent pas aux indiens d’y vivre correctement et les conduisent à manifester en bloquant des routes ou même en envahissant des terrains entiers. Les propriétaires terriens, quant à eux, se retrouvent expulsés de terres qu’ils ont acquises légalement il y a des années et sur lesquelles ils ont construit des fazendas qui représentent le travail d’une vie.

Plusieurs évènements assez tragiques ont marqué les médias. En mars 2008, près de Manaus, des indiens ont été expulsés du territoire où ils vivaient depuis leur naissance. La police militaire a été dépêchée sur les lieux pour déloger, à l'aide d'armes lourdes, des familles pourtant sans défense.

 

Une véritable guerre "territoriale"

Le MNP (Mouvement National des Producteurs) tire la sonnette d'alarme et qualifie le problème de "guerre territoriale". Les conflits ont contribué à l’émergence d’un sentiment anti-indien qui n'arrange rien. En mai dernier, durant le discours d'un ingénieur d’Electrobàs dans l'Etat du Para, des indiens d'Amazonie ont agressé l'orateur qui défendait la construction d'une usine hydroélectrique. Tout porte à croire que cette tribu a été manipulée par des opposants au projet, mais le mal est fait et l’image des indiens a de nouveau été entachée.

Un récent sondage du gouvernement a été publié, montrant qu'environ 90% de la population brésilienne est favorable à la préservation de la culture indigène. Ainsi, les divers évènements culturels dédiés aux indiens ont du succès, comme par exemple la Rencontre de la Jeunesse, de l'Art, et la Culture Indigène, qui s’est déroulée dans le Pernambuco. A cette occasion, différentes tribus du Nordeste ont pu raconter leur histoire de façon théâtrale.

Dimanche 9 août, le ministère de la Culture a proposé un projet de valorisation de la culture indigène, débloquant la somme de 24.000 réais pour aider les meilleurs projets à se réaliser. Cela pourra peut être apaiser certaines discordes, et permettre à deux peuples voisins de vivre ensemble dans le pays qui les a vu naître.

 

Aurélie TOLAT

www.lepetitjournal.com - São Paulo

mercredi 20 août 2008

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires