Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Brésil Ceara Fortaleza

Le Brésil souhaite augmenter sa capacité de raffinage

Le gouvernement brésilien veut augmenter la capacité de raffinage du pétrole dans le pays pour en faire un grand exportateur de dérivés, a déclaré vendredi le président de la compagnie pétrolière Petrobras, José Sergio Gabrielli.

"La dernière raffinerie construite au Brésil date de 1980. D'ici 2017, cinq nouvelles raffineries seront construites dans le pays", a précisé M. Gabrielli lors d'une conférence de presse au siège de la compagnie, à Rio de Janeiro.

Bien que les exportations de Petrobras représentent actuellement de 6 à 7% des exportations totales du pays, la compagnie pétrolière reste "un grand importateur", a dit M.Gabrielli, car "bien qu'auto-suffisant en pétrole, nous devons importer du GPL (gaz de pétrole liquéfié) et du naphta notamment, que nous n'avons pas".

En attendant la construction des nouvelles raffineries,"nous allons devoir continuer à échanger notre pétrole lourd contre du pétrole léger pour les dérivés", a souligné M. Gabrielli, ajoutant que les produits que le Brésil exporte sont aujourd'hui meilleur marché que ceux qu'il importe.

Le président de Petrobras a rappelé que la compagnie avait prévu des investissements de 112,4 milliards de dollars d'ici 2012 mais qu'après les récentes découvertes de pétrole en eau très profonde --entre 5.300 et 7.000 mètres--, "les investissements allaient très certainement augmenter".

Le président Luiz Inacio Lula da Silva a réuni "une commission pour discuter de l'éventuelle création d'une compagnie" qui pourrait prendre en charge les nouveaux gisements, a également indiqué M. Gabrielli, ajoutant "ne pas être en mesure d'évaluer" dans l'immédiat les réserves qu'ils représentent.

"Aujourd'hui nous avons quatorze milliards de barils de réserve. Nous avons foré seize puits dans diverses régions du Brésil et nous avons trouvé du pétrole dans tous les puits, mais il faut forer plus en profondeur pour évaluer les réserves. Nous aurons une idée plus précise d'ici 2010 avec le plan pilote. Pour l'instant nous savons seulement que dans l'énorme gisement de Tupi, dans le bassin de Santos (sud-est), les évaluations des réserves sont de cinq à huit milliards de brut léger récupérable", a conclu M. Gabrielli.

 

 

http://www.romandie.com/infos/news2/080822174905.und1vv1g.asp

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires