Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Brésil Ceara Fortaleza

Religion : le Brésil entre catholicisme et… pluralité

Avec plus de 137 millions d'adeptes, le Brésil est le premier pays du catholicisme moderne. Pourtant en 25 ans, la religion catholique, fortement majoritaire, a perdu le quart de ses fidèles au profit des autres religions, en particulier les plus récentes

89% des Brésiliens se déclarent chrétiens. Ils sont majoritairement catholiques (74% de la population), mais de multiples petites communautés se sont développées de part et d'autre du pays, ralliant de plus en plus de fidèles.

Ainsi, les églises évangéliques regroupent aujourd’hui 15% des Brésiliens. Parmi celles-ci, les pentecôtistes*, venus d'abord des Etats-Unis, ont trouvé leur essor dans les années 1980 avec l’apparition du néo-pentecôtisme, dont la plus connue des divisions est l'Église Universelle du Royaume de Dieu. Ces nouvelles micro-religions tendent à se développer principalement dans la périphérie des grandes agglomérations, souvent touchée par la pauvreté. Grâce à leur forte médiatisation, ces dernières arrivées connaissent une popularité croissante. Par exemple, Edir Macedo, à la tête de l'une d'entre elles, possède un journal gratuit, contrôle des TV-records et dirige même la 3ème chaîne nationale.

Le néo-pantecotisme a ainsi donné naissance à une multitude de courants les plus divers, dont les plus connus au Brésil sont Deús é amor, Congregação Crista do Brasil ou encore Tradicional Renovada. Beaucoup organisent des messes en musique sur le modèle du gospel, offrant aux spectateurs un véritable "show à  l'américaine".

 

Le Candomblé et les autres religions minoritaires

Autre religion minoritaire importante, le Candomblé est un mélange entre catholicisme et rites afro-indigènes. Né au Brésil au XVIème siècle avec l’esclavage, il est présent dans la majeure partie de l'Amérique du sud. Au Brésil, 3 millions de personnes de toutes classes sociales se déclarent adeptes du Candomblé, en particulier dans la ville de Salvador de Bahia, où la culture afro-brésilienne est très présente. Mais d’après plusieurs organisations culturelles afro-brésiliennes, 70 millions de brésiliens participent plus ou moins occasionnellement à des rituels du Candomblé. Son culte est celui des Orixas, divinités représentées par des totems ou poupées et symbolisant un élément de la nature. De nombreuses autres religions afro-brésiliennes se sont développées avec l’esclavage, comme le Macumba, le Cabula, l’Omoloko ou le Xambá. Elles comportent des similitudes avec le Candomblé, mais en diffèrent dans la pratique, avec par exemple l'utilisation de la magie.

Parmi les grandes religions, certaines sont en pleine effervescence avec une augmentation constante de leurs fidèles. Ainsi, le Bouddhisme, issu des fortes vagues d'immigration japonaise, compte environ 430.000 adhérents. L'Islam possède également une communauté au Brésil depuis le XIXème siècle, avec pas moins de 55 mosquées implantées dans le pays, et le nombre de conversions à la religion de Mahomet s'est considérablement accru ces dernières années. Le Judaïsme est lui aussi présent au Brésil : il comprend aujourd'hui plus de 100.000 croyants concentrés principalement dans le Sudeste. Enfin, 35.400 brésiliens se déclarent Orthodoxes. Finalement, il reste un peu plus de 7% de la population qui se dit athée et ces derniers sont de plus en plus nombreux.

Aurélie TOLAT. (www.lepetitjournal.com - São Paulo) mercredi 27 août 2008

 

* Le pentecôtisme définit un ensemble de courants protestants développés aux États-Unis après l’abolition de l’esclavage, par les noirs qui ne pouvaient pas se rendre dans les mêmes églises que leurs anciens maîtres. Ces courants ont été développés sur la base des églises évangéliques traditionnelles (Baptistes et Méthodistes en particulier)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires