Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Brésil Ceara Fortaleza

Le Brésil commence à extraire le brut de ses nouveaux gisements prometteurs

Romandie.com

Le Brésil commencera mardi à extraire du pétrole de ses gisements maritimes situés en eaux très profondes et recouverts d'une épaisse couche de sel, un premier pas qui pourrait faire du géant sud-américain une puissance pétrolière mondiale d'ici à quelques années.

 

Le puits de forage est situé dans le champ pétrolifère de Jubarté, dans le bassin de Campos, à 77 kilomètres du littoral de l'Etat d'Espiritu Santo (sud-est). Le brut se trouve à une profondeur de 4.400 mètres, sous une couche de sel de 100 mètres d'épaisseur.

 

La compagnie nationale des pétroles, Petrobras, table sur l'extraction quotidienne de 10.000 à 15.000 barils de brut par jour depuis la plateforme P-34 qui sera officiellement mise en marche mardi par le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva.

 

Le brut pompé par la P-34 sera le premier à sortir des eaux très profondes de l'Atlantique qui baigne les 800 km de côtes allant de l'Etat de Santa Catarina (sud) à celui d'Espiritu Santo (sud-est) et pourraient renfermer 80 milliards de barils de pétrole, ce qui ferait du Brésil une puissance mondiale pétrolière.

 

L'exploitation du champ de Jubarté est considérée comme une expérience "pilote" en vue d'extraire le brut découvert à la fin de l'année dernière dans le gisement de Tupi, dans le bassin de Santos (sud-est). Les évaluations des réserves, situées à 6.000 mètres de profondeur sous une couche de sel de 1.000 mètres, sont de cinq à huit milliards de brut léger récupérable alors que les réserves du Brésil s'élèvent aujourd'hui à 14 milliards de barils.

 

Petrobras commencera en mars prochain les tests d'exploitation et la production de Tupi pourrait débuter en 2012 si les tests s'avéraient concluants.

 

Le président de Petrobras, José Sergio Gabrielli, a indiqué que le plan d'investissements pour 2007-2012 était de 112,4 milliards de dollars mais que l'extraction du pétrole en eaux très profondes allait requérir encore de plus gros investissements.

 

"Nous allons commencer l'exploitation avec une technologie connue mais plus en profondeur, il faudra très certainement innover technologiquement pour extraire le pétrole", a-t-il dit.

 

D'après les analystes, les investissements nécessaires seraient estimés à 600 milliards de dollars.

 

Mais l'extraction en eaux très profondes comprend des risques: "il se peut qu'après des années de recherches et d'investissements on s'aperçoive qu'extraire du pétrole à ces profondeurs n'est pas rentable pour les compagnies", a déclaré à l'AFP un responsable de Petrobras qui a requis l'anonymat.

 

Le président Lula a proposé de revoir la répartition de la manne pétrolière, (23 milliards de reals prévus en 2008, soit 14,1 milliards de dollars) avec la volonté d'en affecter une large part à l'éducation et à des programmes sociaux.

 

"Le pétrole en eaux très profondes est un passeport pour l'avenir et ses ressources devront servir avant tout à l'éducation des nouvelles générations et à la lutte contre la pauvreté", a affirmé le chef de l'Etat.

 

Lula a souligné que ce pétrole "appartenait à l'Union et non pas aux Etats fédérés" qui se disputent la propriété de ces gisements au large de leurs côtes.

 

Le gouvernement envisage de créer une nouvelle agence qui administrerait le pétrole situé sous la couche de sel ou d'augmenter les royalties et taxes pour les compagnies qui ont remporté des concessions de forage.

 

 

 

http://www.romandie.com/infos/news2/080901211625.no48gml0.asp

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires