BRASILIA, 12 sept 2006 (AFP) - Deux grands pays émergents, l'Inde et le Brésil, ont décidé mardi à Brasilia d'instaurer un "dialogue stratégique" dans la perspective d'exercer un leadership régional et de devenir membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu.

 

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et le Premier ministre indien Manmohan Singh ont décidé à Brasilia d'ouvrir "un dialogue stratégique bilatéral sur des thèmes régionaux et mondiaux d'intérêt commun comme la sécurité énergétique et la situation en matière de sécurité internationale, y compris la menace du terrorisme", selon une déclaration commune.

 

Les deux responsables ont insisté sur la nécessité d'ouvrir le Conseil de sécurité des Nations unies à de nouveaux membres permanents "afin de le rendre plus démocratique, représentatif et adapté au nouvel ordre mondial".

 

Le Brésil et l'Inde font partie, aux côtés du Japon et de l'Allemagne, d'un groupe qui réclame l'élargissement du Conseil de sécurité, composé de 15 membres actuellement (5 permanents et 10 non permanents), à 25 (11 permanents et 14 non permanents), avec une représentation accrue des régions.

 

Les deux pays sont également les locomotives du groupe de pays émergents G20 qui lutte pour la fin des subventions agricoles dans les pays riches au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

Le président brésilien a souligné que "le Brésil et l'Inde sont deux grandes démocraties du monde en développement, avec des nombreux intérêts en commun et des affinités dans leur vision des grands problèmes actuels".

 

Retour à l'accueil