LA HAVANE, 17 sept 2006 (AFP) - Le chef de la diplomatie brésilienne Celso Amorin a appelé à un élargissement du Conseil de sécurité des Nations unies, samedi, lors du sommet des Non-Alignés à La Havane, samedi.

Il faut "aborder la réforme du Conseil de sécurité en augmentant le nombre de membres des deux catégories", les cinq membres permanents et les dix non permanents, a déclaré le représentant du Brésil, pays observateur au MNA.

 

Les cinq membres permanents, Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie et Chine, disposent du droit d'opposer leur veto à toute résolution soumise au vote du Conseil. M. Amorin a estimé qu'une base aussi étroite tend à l'affaiblir.

 

Le Brésil et le Japon aspirent à un poste de membre de permanent au Conseil tandis que le Venezuela et le Guatemala se disputent le siège non permanent revenant à l'Amérique latine. Faute de consensus, un vote est prévu lors de l'assemblée générale annuelle de l'Onu la semaine prochaine.

 

Le ministre brésilien a appelé aussi les 118 pays à soutenir les principes "de non ingérence dans les affaires internes des pays et le règlement pacifique des conflits".

 

Le chef de la diplomatie brésilienne a aussi demandé aux Non-Alignés de "condamner les actions unilatérales comme l'embargo, les sanctions et l'usage de la force sans qu'elle soit autorisée par le Conseil de sécurité". Il a cité le Liban comme un exemple d'utilisation de la force pour résoudre un problème.

 

"Rejetons le modèle international qui favorise l'usage de la force", a-t-il dit.

 

Retour à l'accueil