RIO DE JANEIRO, 18 sept 2006 (AFP) - L'opposition brésilienne a demandé lundi au Tribunal suprême électoral (TSE) d'ouvrir une enquête sur la tentative présumée de membres du Parti des Travailleurs (PT) au pouvoir d'acheter des documents compromettants pour un candidat social démocrate.

A moins de quinze jours des élections générales du 1er octobre, les présidents du Parti du Front libéral (PFL) Jorge Bornhausen et du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) Tasso Jereissati ont présenté cette requête au président du tribunal Marco Aurelio de Mello, lors d'une réunion à Rio de Janeiro.

 

 

"Nous voulons que le TSE qui doit veiller sur les élections ouvre une enquête criminelle. Nous n'avons pas confiance dans l'impartialité du ministre de la Justice" Marcio Thomas Bastos, a déclaré M. Bornhausen après cette réunion.

 

 

La demande devait être formellement déposée lundi à Brasilia, siège du tribunal.

 

 

Selon le président du TSE, les faits dénoncés pourraient s'apparenter à un "délit électoral ou d'abus de pouvoir économique". "Nous ne devons pas agir à la hâte. Il faut respecter les normes légales de respect du droit de la défense", a-t-il ajouté.

 

 

La police fédérale a arrêté vendredi l'avocat Gedimar Passos, et un militant du PT Valdemar Padilha en possession de l'équivalent de plus de 800.000 dollars. Cet argent aurait été destiné à l'achat d'un dossier mettant en cause le candidat du PSDB au poste de gouverneur de l'Etat de Sao Paolo José Serra et le principal candidat d'opposition à la présidence, le social démocrate Geraldo Alckmin.

Gedimar Passos a mis en cause dans cette opération un conseiller du président Lula, Freud Godoy, qui a démissionné lundi de ses fonctions après avoir reconnu qu'il avait rencontré à quatre reprises l'avocat. Niant être lié au complot, Freud Godoy a affirmé que ces réunions avaient un autre objet.

 

 

A deux semaines de l'élection présidentielle où il fait figure de favori, le président Luiz Inacio Lula da Silva a évoqué l'affaire durant le week-end: "Celui qui veut être un bandit, je le prie de ne pas me prendre pour associé", a-t-il déclaré.

Retour à l'accueil