RIO DE JANEIRO, 21 oct 2006 (AFP) - Le gouvernement de l'Etat brésilien de Penambuco (nord-est) a été condamné à verser une indemnisation équivalant à 930.000 dollars à un homme détenu illégalement pendant 13 ans dans une prison de Recife, a rapporté samedi la presse locale.

 

La décision a été adoptée à l'unanimité par le Tribunal supérieur de justice (STJ), la plus haute instance judiciaire, dont les magistrats ont dénoncé "l'extrême cruauté à laquelle a été soumis un citoyen par les institutions publiques", estimant qu'il s'agissait de l'"atteinte la plus grave aux droits de l'homme" jamais connue au Brésil.

 

"C'est le cas le plus grave que j'ai vu", a affirmé l'une des responsables du STJ, Denise Arruda, selon qui cette affaire révèle "une panne généralisée du pouvoir exécutif, du ministère public et du pouvoir judiciaire".

 

Les avocats de la victime, Marcos da Silva, ont souligné que ce dernier avait été "détenu sans enquête, sans aucune condamnation et sans droit à un quelconque type de défense", précisant qu'il avait perdu le contact avec son épouse et ses 11 enfants après son incarcération survenue le 27 juillet 1985.

 

Le prisonnier, soumis à de multiples humiliations dans sa celulle, était devenu aveugle et avait contracté la tuberculose. Accusé d'avoir participé à des mutineries, il avait été placé pendant plus de six mois en régime de haute sécurité.

 

Son innocence avait commencé à être débattue à l'arrivée d'un nouveau directeur de la prison qui avait ordonné une révision de la situation judiciaire de l'ensemble des détenus.

Retour à l'accueil